Introduction aux caractères chinois simplifiés

La plupart des caractères chinois semblent compliqués pour l'observateur extérieur, mais tous les caractères ne sont pas créés égaux. Il existe deux principaux systèmes d'écriture chinois, traditionnel et simplifié.

Caractères traditionnels sont basés sur systèmes d'écriture chinois historiques avec des racines remontant à des millénaires, alors que les caractères simplifiés sont les mêmes caractères traditionnels, mais avec de nombreux simplifiés pour qu'ils soient plus faciles à lire et à écrire.

caractères chinois simplifiés

Caractère chinois Han sous forme simplifiée et traditionnelle

Le personnage han écrit dans quatre styles différents, avec son itération en bas à droite.

Où sont utilisés les caractères simplifiés ?

Les caractères simplifiés sont l'écriture chinoise officielle de la Chine continentale.

Pourtant, bien qu'ils aient été inventés en Chine, les caractères simplifiés sont également utilisés ailleurs. Les enfants qui étudient en Malaisie et à Singapour apprennent tous les caractères chinois simplifiés.

Il ne serait pas non plus surprenant de voir des caractères simplifiés utilisés à Hong Kong ou à Taïwan, et même certains kanji japonais ressemblent au chinois simplifié. Alors que les caractères traditionnels étaient autrefois le seul choix pour les livres et les textes, de nos jours, la majorité du texte chinois contemporain est simplifié.

Caractère chinois Guangxi sous forme simplifiée et traditionnelle

Une autre comparaison de la version simplifiée (ci-dessus) et traditionnelle (ci-dessous) de 广西 guǎng xī - Guangxi Zhuang Autonomous Region

Le mandarin utilise-t-il des caractères simplifiés ou traditionnels ?

Les gens disent souvent qu'ils veulent étudier le « mandarin simplifié », et d'autres demandent souvent si le chinois mandarin est traditionnel ou simplifié. Malheureusement, il n'y a pas de réponse simple. Il est important de se rappeler qu'en chinois, le système d'écriture et la langue parlée ne sont pas aussi liés qu'ils le sont dans une langue comme l'anglais.

La séparation claire entre la langue écrite et la langue parlée signifie que « mandarin simplifié » est un terme impropre. Il est préférable de se référer au mandarin, qui est le dialecte chinois standard parlé en Chine continentale, et aux caractères chinois simplifiés, qui sont utilisés pour écrire le chinois et qui, parce que le chinois n'est pas phonétique, peuvent être utilisés pour écrire à la fois le mandarin et d'autres dialectes.

Caractères chinois

En Chine continentale, le dialecte du chinois connu sous le nom de mandarin est étudié à l'aide de caractères chinois simplifiés, et à Taïwan, le mandarin est étudié à l'aide de caractères chinois traditionnels.

Les caractères simplifiés ne sont pas officiellement utilisés pour écrire une langue autre que le mandarin, alors que les caractères traditionnels sont encore souvent utilisés pour écrire le dialecte du sud connu sous le nom de cantonais, et ont historiquement été utilisés pour écrire à la fois le coréen et le vietnamien.

Caractères traditionnels chinois

Un autre point commun de confusion tourne autour de la question de savoir si tous les caractères du chinois simplifié sont différents de leurs homologues chinois traditionnels.

Bien que les simplifications aient modifié bon nombre des caractères chinois les plus couramment utilisés, de nombreux caractères sont restés inchangés. Des caractères comme 字 zì étaient déjà assez simples et n'étaient pas ajustés, tandis que d'autres comme 弊 bì étaient assez rares pour qu'ils soient également laissés intacts.

professeur de chinois en costume traditionnel chinois debout devant un fond jaune tourné vers l'avant avec un langage promotionnel superposé

Pourquoi n'utilisons-nous pas uniquement des caractères traditionnels ?

Les simplifications des caractères chinois sont utilisées depuis presque aussi longtemps que le chinois écrit existe.

Un premier exemple courant de simplification est le chinois manuscrit cursif, qui a incorporé des simplifications depuis le Dynastie Qin (221 - 206 av. J.-C.). Cependant, jusqu'au 20e siècle, ces simplifications se limitaient aux notes manuscrites et en faisaient rarement des documents officiels.

Dessin de la dynastie Qing

Un marché de campagne en Chine pendant la dynastie Qing (1644-1912)

Cela peut vous surprendre, mais bon nombre des premiers arguments en faveur de la simplification des caractères chinois étaient de nature économique. Au début des années 1900, la Chine sous le La dynastie Qing était considérée comme en retard par rapport au reste du monde, et beaucoup pensaient que la complexité de la langue chinoise était en partie à blâmer.

Le célèbre auteur chinois Lu Xun (鲁迅, Lǔ Xùn) a dit : 汉字不灭,中国必亡 Hànzì bù miè, Zhōngguó bì wáng, qui peut être grossièrement traduit par : « Si les caractères chinois ne sont pas détruits, la Chine mourra.

écrivain chinois luxun

Lu Xun (鲁迅 Lǔxùn) était le pseudonyme de Zhou Shuren (Zhōushùrén 周树人, 1881-1936), écrivain, essayiste, poète et critique littéraire chinois.

A l'époque où Lu Xun écrivait, les caractères simplifiés n'existaient pas encore. Lorsqu'il faisait référence aux caractères chinois, il faisait référence aux caractères chinois traditionnels notoirement complexes. Lu Xun croyait que la complexité et la difficulté du système de caractères constituaient un obstacle à l'alphabétisation et freinaient le développement de la Chine.

Il est important de comprendre que, jusqu'en 1950, le taux d'alphabétisation en Chine n'était que de 20 %. Cela était dû en partie au mauvais état du système éducatif, mais on pensait aussi qu'il était en partie dû à la complexité des personnages que les élèves devaient apprendre.

Bande dessinée par Feng Zikai

Une bande dessinée de Feng Zikai mettant en vedette le personnage simplifié devient populaire en Chine continentale

Le faible niveau d'alphabétisation, à son tour, a nui au développement économique dans toute la Chine, car il existe un lien très étroit entre alphabétisation et croissance économique. Être capable de lire et d'écrire permet aux citoyens d'acquérir des connaissances et des compétences, ce qui permet aux individus de contribuer davantage à l'économie. Des caractères simplifiés ont été introduits en partie pour tenter de stimuler le développement économique.

L'histoire des caractères chinois simplifiés

Au tournant du 20e siècle, la méthode littéraire classique d'écriture chinoise, connue sous le nom de 文言文 wényanwén, est tombé en disgrâce. Au lieu d'avoir un ensemble différent de règles grammaticales pour le chinois écrit et parlé, les gens ont commencé à écrire le chinois tel qu'il était parlé.

Caractères traditionnels chinois

Cette forme vernaculaire du chinois est connue sous le nom de 白话文 Báihuà Wén.

Bien que ce changement ait grandement simplifié la lecture et l'écriture, permettant à pratiquement toute personne instruite de produire et de consommer de la littérature, il n'a pas apporté l'alphabétisation à la grande majorité des Chinois.

Dans les années 1950, peu de temps après son arrivée au pouvoir, le Parti communiste chinois a entrepris d'énormes réformes éducatives, visant à favoriser la croissance économique en améliorant l'alphabétisation. Dans le cadre de ces réformes, le gouvernement chinois a introduit la première série de simplifications des caractères chinois en 1956.

La comparaison des caractères chinois simplifiés et traditionnels publiée sur Beijing Daily

Une page publiée en 1955 dans le Beijing Daily annonçant le journal commencera à utiliser des caractères simplifiés plutôt que traditionnels.

Dans les années 1970 et 80, Singapour et la Malaisie ont également adopté les simplifications apportées par la Chine dans leurs propres programmes de mandarin. Alors que le chinois classique est encore enseigné aux enfants chinois aujourd'hui pendant les cours de littérature chinoise en Chine continentale, la plupart des documents ne sont plus écrits en chinois classique.

Il est difficile de dire avec précision quel effet la simplification du caractère a eu, car ce n'était qu'une mesure parmi les nombreuses incluses dans le programme global de réforme de l'éducation du gouvernement chinois. On sait cependant que l'ensemble des réformes a eu pour effet d'augmenter la taux d'alphabétisation à 65 pour cent en 1982 et à plus de 97 pour cent aujourd'hui.

Comment les caractères chinois ont-ils été simplifiés ?

Trois méthodes principales ont été utilisées pour rendre les caractères chinois plus faciles à lire et à écrire. L'accent a été mis sur la simplification des caractères les plus courants, car c'est là que l'on pensait que la simplification pourrait avoir le plus d'impact.

Caractères chinois gravés sur le mur

1. Simplifier la structure des caractères

Ces simplifications impliquaient la suppression et la modification d'éléments. Il existe de nombreuses façons de procéder, mais l'idée générale était la même.

Par exemple, chǐ est devenu 齿 chǐ, avec tous les éléments sauf un dans la boîte du bas supprimés. Ce processus de simplification a rendu le caractère moins complexe de 7 traits, le rendant à la fois plus facile et plus rapide à écrire.

Un autre exemple est le caractère 貝 bèi, qui est devenu 贝 bèi. Dans cet exemple, le caractère entier a été simplifié et les traits requis ont été réduits de 7 à 4. Il y a 482 caractères qui ont été simplifiés de cette façon.

2. Dérivez de nouveaux caractères à partir de caractères simplifiés et traditionnels

Sur les 482 caractères simplifiés à l'aide de la méthode mentionnée ci-dessus, 132 peuvent être utilisés pour simplifier davantage d'autres caractères.

齿 chǐ est l'un des 350 caractères qui n'est utilisé dans aucun autre caractère.

贝 bèi, en revanche, est utilisé dans de nombreux caractères différents, ce qui permet aux caractères qui utilisaient à l'origine la forme compliquée de ce radical d'être simplifiés de la même manière en changeant chaque instance de 貝 en 贝.

Par exemple, en utilisant cette méthode, le caractère 貞 zhēn est devenu 贞 zhēn et 贈 zèng est devenu 赠 zèng.

Plusieurs caractères des 132 qui ont été simplifiés selon cette méthode peuvent être utilisés ensemble.

Par exemple, 贝 bèi peut être combiné avec 尽 jǐn (simplifié à la fois à partir de 盡 jǐn et 儘 jǐn), permettant de simplifier 贐 jìn en 赆 jìn. Cela réduit le nombre de courses nécessaires de 21 à 10.

3. Éliminez les variantes du même personnage

Les deux premières méthodes impliquaient de changer de personnage. Cependant, de nombreux caractères traditionnels ont la même prononciation et même la même signification.

Pour ces caractères, une seule variante a été choisie parmi les nombreuses existantes, par exemple, 呼 hū a été choisi pour représenter exclusivement 虖, 嘑, et en chinois simplifié.

La plupart du temps, le personnage le plus simple a été choisi, mais parfois une variante différente a été choisie pour des raisons esthétiques ou historiques.

Par exemple, zhà a été choisi parmi 搾 et 榨, car 榨 est significativement plus ancien. Ceci malgré 榨 nécessitant 14 coups et 搾 n'en nécessitant que 13.

Combien existe-t-il de caractères chinois simplifiés ?

Les gens veulent souvent savoir combien il y a de caractères simplifiés. Heureusement, il existe une réponse simple.

En 2013, le gouvernement chinois a publié 通用 规范 汉字 表 Tōngyòng Guīfàn Hànzì Biǎo ou le tableau des caractères chinois standard généraux, qui contient 8,105 XNUMX caractères.

Caractères chinois simplifiés

Cependant, il est important de se rappeler que certains d'entre eux se chevauchent avec leurs homologues traditionnels. Par exemple, les nombres 一 yī, 二 èr et 三 sān sont les mêmes en caractères simplifiés et traditionnels.

De plus, les estimations du nombre de caractères traditionnels peuvent dépasser 100,000. En utilisant la deuxième méthode de simplification discutée ci-dessus, de nombreux caractères qui n'apparaissent pas dans la liste officielle peuvent être simplifiés. La réponse est donc en réalité beaucoup plus compliquée, tout comme le processus de simplification était.

Les caractères chinois pourraient-ils être encore plus simples ?

Pas entièrement satisfait de la première série de simplifications en 1975, le gouvernement chinois a introduit une deuxième liste de caractères simplifiés, le but ultime étant de réduire le nombre de traits par caractère à moins de 10. Ces simplifications ont utilisé les mêmes méthodes que nous' ai déjà mentionné.

Cependant, il y avait quelques différences clés. Alors que près de 90 % des caractères simplifiés dans la première simplification existaient déjà officieusement (en cursive, par exemple), la plupart des changements dans la deuxième liste étaient des caractères entièrement nouveaux.

Caractères traditionnels chinois

Un autre problème était que, alors que le premier schéma se concentrait sur les caractères les plus couramment utilisés, le second schéma se concentrait sur les caractères avec plus de 10 traits, simplifiant souvent les caractères rarement utilisés. Ces deux facteurs se sont combinés pour rendre la deuxième simplification très impopulaire, et elle a été officiellement retirée en 1986.

Une autre piste de simplification est venue de 汉语拼音 Hànyǔ Pīnyīn, ou pinyin, la romanisation officielle du chinois.

Depuis son introduction initiale en 1958, certains ont plaidé pour que le pinyin remplace complètement les caractères chinois. Cependant, cette idée n'a jamais reçu beaucoup de soutien. Bien qu'ils puissent être difficiles à apprendre, la majorité des réformateurs ont reconnu que Les caractères chinois sont une partie importante de la langue chinoise. Après le retrait du deuxième tour de simplification, le gouvernement chinois a clairement indiqué qu'il n'avait pas l'intention d'apporter des changements plus radicaux au système d'écriture chinois.

Si cette idée avait gagné du terrain, cependant, le mandarin écrit et parlé aurait pu devenir étroitement lié, faisant du « mandarin simplifié » un terme moins impropre et plus une réalité.

Dois-je apprendre le chinois simplifié ou traditionnel ?

La grande majorité des locuteurs chinois dans le monde utilisent des caractères simplifiés, donc, pour beaucoup de gens, il est logique de les apprendre, surtout parce qu'ils sont plus faciles à écrire.

Cependant, il y a aussi de bonnes raisons d'apprendre les caractères traditionnels. Par exemple, vous pourriez avoir de la famille à Hong Kong, vous pourriez être vraiment intéressé par la littérature chinoise, ou vous pourriez simplement penser qu'ils sont plus beaux. Il n'est pas rare non plus d'apprendre d'abord les caractères simplifiés, puis de se plonger dans les caractères traditionnels plus tard.

Scène de rue de Hong Kong

Le point le plus important est que cela dépend de vous. Vous pouvez même décider d'apprendre le chinois sans étudier les caractères chinois, bien que caractères d'apprentissage est fortement recommandé. Quelle que soit la méthode que vous avez choisie, vous connaissez maintenant la différence entre les deux, et pourquoi et comment les caractères simplifiés sont apparus.

Les caractères simplifiés les plus courants et leurs équivalents traditionnels

SimplifiedTraditionalpīnyīnEnglish
de(possessive particle), of / really and truly / aim, clear
yī / yì /yíone / single / a(n)
shìis, are, am, yes to be
(negative prefix) no, not
le/liǎo(modal particle intensifying preceding clause), (past tense marker) / to know, to understand, to know
rénman, person, people
I, me, myself
zài(located) at, in, exist
yǒuto have, there is, there are, to exist, to be
he, him
zhèthis/ these
wéi / wèiact as, take…to be, to be, to do, to serve as, to become / because of, for, to
zhīhim, her, it
big, huge, large, major, great, wide, deep, oldest, eldest / doctor
láito come
to use, take, according to, because of, in order to
(a measure word), individual
zhōngwithin, among, in, middle, center, while (doing something), during
shàngabove, on, over, top, (go) up, last, previous
men(plural marker for pronouns and a few animate nouns)
dàoto (a place), until (a time), up to, to go, to arrive
shuōto speak, to say
guócountry, state, nation
hé / huòand, together, with, peace / harmony
de / dì-ly / earth, ground, field, place, land
too, also, as well
child, son
shítime, when, hour, period, season
dàodirection, way, method, road, path, principle, truth, reason, skill, method, Tao (of Taoism), a measure word, to say, to speak, to talk
chūto go out, to come out, to occur, to produce, to go beyond, to rise, to put forth, to occur, to happen
érand, as well as, but (not), yet (not), (shows causal relation), (shows change of state), (shows contrast)
yào / yāovital, to want, to be going to, must / demand, ask, request
於 or 于at, in, in regard to
jiùat once, then, right away, only, just
xiàbelow, under, (go) down, next (as opposed to previous/last)
dé / de / děiobtain, get, gain, to have to, must, ought to, to need to
can, may, able to, certain(ly), (particle used for emphasis)
you
niányear
shēngto be born, to give birth, life, to grow
from, self, oneself, since
huìcan, able, meet, meeting, society, union, party
that,those
hòuback, behind, rear, afterwards, after, later
néngcan, may, capable, energy, able
duìcouple, pair, to be opposite, to oppose, to face, for, to, correct (answer), to answer, to reply, to direct (towards something), right
zhe/zhuó/zhāo/zháoverb particle marking a continuing progress/state
shìmatter, thing, item, work, affair
his, her, its, theirs, that, such, it (refers to something preceding it)
裏 or 裡within, inside
suǒactually,place
to go, to leave, to depart
háng / xínga row, profession, professional / all right, capable, competent, okay, to go, to do, to travel, temporary, to walk, to go, will do / behavior, conduct
guò(past tense marker), to cross, to go over, to pass (time), to live, to get along, (surname)
jiāhome, family, a person engaged in a certain art or profession
shíten
yòngto use
發 (to send); 髮 (hair)fā/fàto send out, to show (one‘s feeling), to issue, to develop / hair
tiānday, sky, heaven
as (if), such as
ráncorrect, right, so, thus, like this, -ly
zuòto regard as, to take (somebody) for, to do, to make
fāngsquare, quadrilateral, direction, just
chéngfinish, complete, accomplish, become, turn into, win, succeed
zhě-ist, -er (person), person (who does something)
duōmany, much, a lot of, numerous, multi-
day, sun, date, day of the month
dōuall, both (if two things are involved), entirely (due to)each, even, already
sānthree
xiǎosmall, tiny, few, young
jūnarmy, military, arms
èrtwo
-less, not to have, no, none, not, to lack, un-
tónglike, same, similar, together, alike, with
me(interrog. suff.)
jīngclassics, sacred book, pass through, to undergo, scripture
law, method, way, Buddhist teaching
dāng / dàngto be, to act as, manage, withstand, when, during, ought, should, match equally, equal, same, obstruct, just at (a time or place), on the spot, right, just at / at or in the very same…, to pawn, suitable, adequate, fitting, proper, replace, represent
qǐ:to rise, to raise, to get up
yú / yǔ / yù(interrog. part.) / and, to give, together with / take part in
hǎo / hàogood, well / be fond of
kān / kànto look after, to take care of, to watch, to guard / it depends, think, to see, to look at
xuélearn, study, science, -ology
jìnadvance, enter, to come in
zhǒng / zhòngkind, type, race (of people), seed, type / to grow, to plant
jiāng / jiàng(will, shall, future tense), ready, prepared, to get, to use / a general
hái / huánalso, in addition, more, still, else, still, yet, (not) yet / (surname), pay back, return
fēn / fènto divide, minute, (a measure word), (a unit of length = 0.33centimeter) / part
this, these
xīnheart, mind
qiánbefore, in front, ago, former, previous, earlier, front
miànface, side, surface, aspect, top, face, flour, noodles
yòu(once) again, also, both… and…, again
dìngto set, to fix, to determine, to decide, to order
jiàn / xiànto see, to meet, to appear (to be something), to interview / appear
zhī/zhǐonly, just, but, measure word for one of a pair
zhǔto own, to host, master, lord, primary
méi/mò(negative prefix for verbs), have not, not / sink, disappear
gōngjust, honorable (designation), public, common
cóngfrom, since,obey, observe, follow

Leçon d'essai gratuite de 30 minutes

Leçon d'essai gratuite de 30 minutes

Continuer l'exploration

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *