La religion dans la Chine ancienne : un creuset de croyances

La plupart des gens ont une compréhension de base du rôle que les religions et les systèmes de croyances comme le bouddhisme, le taoïsme et le confucianisme ont joué dans la Chine ancienne. Ce qui est moins connu est le fait que, en tant que puissance commerciale majeure pendant une grande partie de son histoire, la Chine a également été influencée par une pléthore d'autres religions, du judaïsme à l'islam. Poursuivez votre lecture pour explorer le domaine étonnamment diversifié de la religion dans la Chine ancienne.

une statue de Bouddha avec une main levée contre un soleil couchant et un ciel orange

Confucianisme

Confucianisme (儒家思想 ou Rújiāsīxiǎng) est le système de pensée qui a eu l'influence la plus profonde sur la culture et la société chinoises. Il met l'accent relations de famille, l'éducation et l'importance des rituels.

Le confucianisme a été fondé par Confucius (孔子 ou Kngzǐ), un fonctionnaire et enseignant de la province du Shandong qui a vécu de 551 à 479 avant notre ère. Les textes confucéens classiques, connus sous le nom de Quatre livres et cinq classiques, a constitué la pierre angulaire du système éducatif chinois pendant des centaines d'années.

Les étudiants devaient démontrer leur maîtrise des doctrines confucéennes lorsqu'ils participaient à la examens impériaux (科举考试 ou kējǔ kǎoshì), qui ont été utilisés pour sélectionner les représentants du gouvernement chinois dans la Chine ancienne.

une peinture traditionnelle montrant des candidats chinois à l'examen impérial

Les fonctionnaires du gouvernement de la Chine ancienne étaient tenus de démontrer leur maîtrise des doctrines confucéennes.

L'importance de la piété filiale

De nombreux enseignements de Confucius se concentrent sur la meilleure façon d'organiser une société harmonieuse basée sur la famille comme unité fondamentale. Selon la pensée confucéenne, les relations au sein de la famille devraient être fondées sur la piété filiale (孝 ou xiào), ce qui signifie que les plus jeunes membres de la famille doivent respecter, honorer et obéir à leurs parents, à leurs parents plus âgés et à leurs ancêtres.

La relation entre parents et enfants n'était qu'un des 5 relations cardinales (五伦 ou wǔlún) qui constituaient la hiérarchie sociale traditionnelle confucéenne. Ces relations comprenaient celles entre le père et le fils, le mari et la femme, le frère aîné et le frère cadet, l'ami et l'ami, et le dirigeant et le dirigeant.

Confucius croyait que si chacun se comportait de manière filiale et remplissait les rôles qui lui étaient assignés au sein de la hiérarchie confucéenne, l'harmonie établie au sein de la famille serait alors étendue pour englober toute la société. La loyauté et le dévouement envers ses parents entraîneraient une loyauté envers l'État puisque les fils loyaux et filiaux deviendraient également des fonctionnaires loyaux et filiaux.

Même l'ancien système juridique chinois était basé sur la hiérarchie confucéenne. Les peines étaient plus ou moins sévères selon la relation entre l'agresseur et la victime.

une peinture traditionnelle chinoise montrant un groupe d'érudits chinois assis ensemble sous un pin avec du bambou au premier plan

Confucius enseignait que la piété filiale était le fondement d'une société harmonieuse.

Le gentleman confucéen, ou Junzi

Les idées confucéennes sur ce qui fait une vie vertueuse s'incarnent dans ses idées sur ce qui constitue un Junzi (君子 ou jūnzǐ), ou gentleman idéal. Junzi devaient afficher le cinq vertus constantes, qui comprenait la bienveillance (仁 ou ren), la droiture (义 ou yì), la bienséance rituelle (礼 ou l), la sagesse ou la connaissance (智 ou zhi) et la fiabilité ou l'intégrité (信 ou xìn).

Confucius a fortement souligné l'importance à la fois de l'étude et de la mise en pratique de ce que l'on a étudié. Devenir un Junzi était le but ultime de l'étude et de l'auto-culture, et Confucius était optimiste quant au potentiel de tous les êtres humains à s'améliorer dans le processus. Cet accent confucéen sur l'éducation est encore visible aujourd'hui dans la Chine moderne.

une peinture traditionnelle chinoise de Confucius dans une longue robe avec une barbe noire assis sur une chaise de style traditionnel

Le gentleman confucéen idéal était censé être bienveillant, droit, digne de confiance et sage.

Juridisme

Légalisme (法家 ou Fjiā) est un autre ancien système de pensée qui a eu un impact démesuré sur la société chinoise, notamment en ce qui concerne la formation d'une bureaucratie forte. Des échos de la pensée légaliste peuvent être trouvés dans l'accent mis actuellement par les dirigeants chinois sur la création d'une société fondée sur l'état de droit (法治社会 ou fǎzhì shèhuì).

Le légalisme s'est développé pendant la période des Royaumes combattants de la Chine (475-221 avant notre ère) et a constitué la base du gouvernement pendant la première dynastie chinoise, les Qin (221-207 avant notre ère).

Croyances légalistes

Les légalistes croyaient que les gens sont intrinsèquement égoïste. Ainsi, la stabilité sociale ne pouvait être atteinte en comptant sur les gens ordinaires pour être vertueux et loyaux envers leurs dirigeants.

Au lieu de cela, les légalistes ont plaidé pour un contrôle étatique fort et une obéissance absolue des sujets à leurs dirigeants. Pour aider à réaliser cette vision, ils ont développé des techniques de gestion et d'administration innovantes dans l'espoir de construire une bureaucratie idéale.

Pour aider à faire respecter le contrôle de l'État, les légalistes ont également plaidé pour un système de lois rigide, strict et impersonnel qui punissait ou récompensait certains comportements de manière universelle, quelle que soit la relation entre le délinquant et la victime.

Pour les Légalistes, la prospérité et la puissance militaire de l'État étaient plus importantes que le bien-être des gens ordinaires. Cette focalisation sur les manœuvres et manipulations politiques a établi des comparaisons entre le légalisme et Machiavélisme et Realpolitik.

un dessin à l'encre noir et blanc d'un empereur chinois faisant un geste devant lui avec une main

Les légalistes prônaient un État fort dans lequel les gens seraient gouvernés par des lois strictes et impersonnelles.

Conflit avec le confucianisme et déclin

Pendant un certain temps, le confucianisme et le légalisme étaient des philosophies de gouvernement concurrentes. Pendant le Qin, des érudits confucéens ont été exécutés et leurs livres ont été détruits dans un épisode connu sous le nom de l'incendie des livres et l'enterrement des savants.

Les politiques sévères d'application de la loi de la dynastie Qin ont rendu le légalisme extrêmement impopulaire. Pendant la dynastie Han (206 AEC-220 EC), Le légalisme a été supprimé et finalement abandonné en faveur du confucianisme.

une peinture traditionnelle chinoise montrant des livres brûlés et des érudits confucéens chinois jetés dans une fosse

Pendant la dynastie Qin, les adeptes du légalisme détruisirent les œuvres confucéennes et exécutèrent les érudits confucéens.

taoïsme

Taoïsme (道教 ou Daojiào), également appelé taoïsme, est une autre tradition philosophique et religieuse chinoise ancienne importante qui continue d'avoir une influence significative sur la société chinoise d'aujourd'hui.

Les origines du taoïsme

Laozi (老子 ou Lǎozi) est souvent crédité comme le fondateur du taoïsme et de nombreux principes de base du système de croyances sont énoncés au 4ème siècle avant notre ère Tao Te Ching, un texte classique qui lui est attribué.

Cependant, de nombreuses croyances et traditions taoïstes sont probablement antérieures au Laozi, et certaines peuvent retracer leurs racines jusqu'aux anciennes religions populaires préhistoriques. Un exemple est le concept du yin et du yang, qui joue un rôle important dans la cosmologie taoïste. Bien qu'il ne soit pas originaire du taoïsme et qu'il ait été utilisé dans diverses autres religions chinoises au fil des ans, le concept yin yang fait son apparition dans le Tao Te Ching.

Aujourd'hui, le symbole yin yang, qui représente un équilibre entre le yin, ou énergie féminine sombre et réceptive, et le yang, ou énergie masculine lumineuse et active, est étroitement associé au taoïsme. En fait, les symboles yin yang sont souvent utilisés dans la décoration des temples taoïstes de la Chine moderne, ce qui les rend faciles à identifier. 

En plus de la Tao Te Ching, l'autre texte fondateur du taoïsme est le zhuangzi, un livre d'histoires et d'anecdotes aux thèmes taoïstes.

Le taoïsme a obtenu la reconnaissance officielle de l'État en Chine au cours de la Dynastie Tang (618-907 CE) lorsque la famille régnante prétendait descendre de Laozi. Les empereurs Tang ont officiellement promu le taoïsme et ajouté des textes taoïstes aux examens impériaux.

un dessin en couleur de Laozi, fondateur du taoïsme

Laozi aurait été le fondateur du taoïsme.

Enseignements taoïstes : suivre le courant

Le taoïsme met l'accent sur l'importance de l'harmonie dans la relation entre les humains et le monde naturel, qui est régulée par une force métaphysique ou spirituelle indéfinissable et puissante appelée la dao (道 ou dào), parfois traduit par le « chemin ».

Les taoïstes enseignent que la meilleure façon de vivre une vie de contentement est d'être flexible et d'accepter les dao ou flux naturel de l'univers. Abandonner les attentes et accepter les choses telles qu'elles sont est la clé d'une existence heureuse.

Étant donné qu'essayer d'exercer sa volonté sur l'univers ne fait que perturber son état naturel d'harmonie, les taoïstes pratiquent également une philosophie de non-action, connue sous le nom de wu sait (无为 ou wúwei) qui consiste à soumettre sa volonté à celle de l'univers.

Les enseignements taoïstes décrivent souvent le "wu sait” philosophie utilisant des métaphores liées à l'eau. L'eau peut ne pas sembler forte, mais lorsqu'elle coule librement, elle est capable de surmonter de nombreux obstacles en s'écoulant simplement autour ou à travers eux.

Les enseignements taoïstes mettent également l'accent sur trois vertus qui sont collectivement connues sous le nom de Trois Trésors (三宝 ou sānbǎo). Ces vertus sont l'amour ou la compassion (慈 ou c), la frugalité (俭 ou jiǎn) et l'humilité (不敢为天下先 ou bù gǎn wéi tiānxià xiān).

une peinture chinoise de style ancien montrant un homme jouant d'un instrument traditionnel sous un support de bambou

Les taoïstes croient que l'univers existe dans un état naturel d'harmonie.

Le taoïsme et ce que l'on peut savoir

Aujourd'hui, l'une des histoires taoïstes les plus célèbres est une fable du zhuangzi à propos d'un philosophe qui a rêvé qu'il était un papillon, comme décrit dans le poème suivant :

昔者 莊周 夢 為 胡蝶, 栩栩 然 胡蝶 也, 自喻 適 志 與. 不知 周 也.

Une fois, Zhuang Zhou a rêvé qu'il était un papillon, un papillon voletant et voltigeant, heureux de lui-même et faisant ce qu'il voulait. Il ne savait pas qu'il était Zhuang Zhou.

俄 然 覺, 則 蘧 蘧 然 周 也. 不知 周 之 夢 為 胡蝶 與, 胡蝶 之 夢 為 周 與. 周 與 胡蝶, 則必 有分 矣. 此之謂 物化.

Soudain, il s'est réveillé et il était là, Zhuang Zhou solide et indubitable. Mais il ne savait pas s'il était Zhuang Zhou qui avait rêvé qu'il était un papillon, ou un papillon rêvant qu'il était Zhuang Zhou. Entre Zhuang Zhou et le papillon, il doit y avoir une distinction ! C'est ce qu'on appelle la transformation des choses.

- zhuangzi, chapitre 2 (traduction Watson)

Cette histoire exprime un scepticisme philosophique profond sur ce que l'on peut savoir du monde. Ce scepticisme est un thème commun dans le zhuangzi, qui encourage également les lecteurs à remettre en question leur compréhension des concepts fondamentaux tels que le bien et le mal, le bien et le mal.

le philosophe taoïste Zhuang Zhou dormant sur un rocher et rêvant qu'il est un papillon tandis que deux papillons volent au-dessus

L'histoire taoïste bien connue d'un philosophe qui rêvait qu'il était un papillon met les lecteurs au défi de remettre en question la nature de la réalité.

Bouddhisme

Bouddhisme (佛教 ou Fójiào) aurait été fondée par Siddharta Gautama en Inde entre le VIe et le IVe siècle avant notre ère. Après sa fondation, le bouddhisme s'est répandu dans toute l'Asie. Ce faisant, plusieurs branches différentes se sont développées, notamment le Mahayana, le Theravada et le bouddhisme tibétain.

Le bouddhisme est arrivé en Chine via le Route de la Soie autrefois pendant la dynastie Han (206 AEC-220 EC). La forme de bouddhisme la plus couramment pratiquée en Chine aujourd'hui est Bouddhisme chinois qui comprend un mélange de pratiques bouddhistes et taoïstes.

croyances bouddhistes

En général, le bouddhisme enseigne que les êtres humains sont piégés dans un cycle de souffrances terrestres causées par leurs désirs transitoires. Les bouddhistes croient également qu'ils sont piégés dans un cycle continu de renaissance qui ne peut être brisé que par l'accumulation de bon karma.

En suivant les enseignements du Bouddha, en particulier ceux décrits dans le Noble Octuple Sentier, on enseigne aux bouddhistes qu'ils peuvent échapper au cycle sans fin du désir, de la souffrance et de la renaissance et atteindre l'illumination ou le nirvana. Ces enseignements bouddhistes fondamentaux sont résumés dans Les quatre nobles vérités (四谛 ou sìdì).

un moine bouddhiste au crâne rasé assis dans un pré herbeux

Les bouddhistes tentent d'échapper au cycle terrestre de la souffrance et de la renaissance en suivant le Noble Octuple Sentier.

L'influence du bouddhisme sur la culture chinoise

Le bouddhisme a eu une profonde influence sur la culture chinoise, en particulier les arts, où l'imagerie bouddhiste figure souvent comme thème central. Par exemple, l'étonnant Grottes de mogao sont un trésor d'œuvres étonnantes d'art bouddhiste créées par des générations d'artistes et de pèlerins voyageant le long de la route de la soie.

Le bouddhisme a également profondément influencé la littérature chinoise. Voyage à l'ouest, sans doute le plus célèbre des Les quatre grands romans classiques de la Chine, est le récit fantaisiste du voyage réel de Xuanzang (玄奘 ou Xuánzàng), un moine qui a voyagé en Inde pour récupérer des écritures bouddhistes au cours de la Dynastie Tang (618-907 CE).

trois statues bouddhistes dans un temple

Les croyances bouddhistes se reflètent dans de nombreuses œuvres d'art chinoises.

Mythologie et religions populaires chinoises

En plus de systèmes de croyances plus connus tels que le bouddhisme, il existe également une solide tradition de religion populaire en Chine. Les habitants d'aujourd'hui de l'Empire du Milieu sont les héritiers d'une riche collection d'histoires mythologiques. Les histoires et les croyances de la religion populaire et de la mythologie chinoise se chevauchent souvent.

Religion populaire chinoise

La religion populaire chinoise implique le culte d'une variété de dieux et d'immortels locaux (神 ou shen). Parfois, ces dieux sont associés à des phénomènes naturels, parfois ce sont des personnages historiques et parfois on dit qu'ils sont les premiers ancêtres de leurs fidèles.

A la campagne, le culte a souvent lieu dans les temples locaux (土地庙 ou tǔdìmiào) dédié aux dieux du village.

Comme pour beaucoup d'autres traditions religieuses et philosophiques pratiquées en Chine, la religion populaire chinoise est très inclusive. Il est possible et, dans certains endroits, même courant que les gens croient simultanément aux dieux locaux de la religion populaire chinoise, aux immortels taoïstes et au Bouddha.

un ancien temple de village chinois

De nombreuses parties de la campagne chinoise sont parsemées de temples locaux construits pour honorer les dieux du village.

Mythologie chinoise

La Chine a également accumulé une grande variété d'histoires mythologiques au fil des ans. Beaucoup de ces mythes sont des histoires fantastiques qui aident à expliquer la création de l'univers, l'origine de la race humaine ou les racines de compétences importantes comme la fabrication de médicaments. Ces histoires ont été transmises sous forme orale au cours de plusieurs millénaires.

La mythologie chinoise ne représente pas une collection ou un système soigné d'histoires cohérentes en interne. Dans de nombreux cas, plusieurs histoires concurrentes différentes sont utilisées pour expliquer le même phénomène.

De nombreux personnages de Mythologie chinoise sont également considérées comme des divinités dans la religion populaire chinoise. Il y a aussi beaucoup de pollinisation croisée et de partage de concepts, d'histoires et même de divinités entre la mythologie chinoise et le bouddhisme, le taoïsme et le confucianisme.

Certaines des histoires les plus connues de la mythologie chinoise incluent :

  • La légende de Pangu (盘古 ou Pangǔ), créateur de l'univers
  • La légende de Nüwa (女娲 ou Nǚwā), aurait créé la race humaine à partir d'argile
  • La légende de Shennong (神农 ou Shennóng), créateur de l'agriculture, le calendrier chinois et médecine chinoise
  • Le souverain légendaire Huangdi (黄帝 ou Huangd), aussi appelé l'Empereur Jaune, considéré comme l'ancêtre du peuple chinois
  • La Empereur de Jade (玉皇大帝 ou Yuhuángdàdì), une figure mythologique et divinité taoïste considérée comme le souverain du ciel en charge de tous les autres dieux

De nombreux traditionnels Vacances chinoises, comme le Qingming, Milieu de l'automne et Qixi festivals, ont également des histoires mythologiques chinoises qui leur sont associées.

En plus des figures mythiques mentionnées ci-dessus, la mythologie chinoise regorge d'histoires sur les animaux, à la fois réels et imaginaires. En tant que l'une des créatures les plus importantes de la mythologie chinoise, dragons chinois jouent un rôle décisif dans ces histoires.

La mythologie chinoise existe aussi dans le astrologie chinoise sous la forme des divers mythes et légendes qui expliquent l'ordre et personnalités des 12 animaux du zodiaque.

un graphique montrant la légende chinoise du vacher et de la tisserande

Le festival Qixi, également connu sous le nom de Saint-Valentin chinois, est associé à une histoire mythologique appelée Le vacher et la tisserande.

Religions minoritaires et autres écoles de pensée

En plus des systèmes de croyance décrits ci-dessus, la Chine a été influencée par une variété d'autres écoles de pensée. Certains, comme Mohisme (墨家 ou Mòjiā), un système de croyances basé sur la promotion de l'amour universel, sont du cru. Cependant, beaucoup venaient d'outre-mer.

Diversité religieuse chinoise ancienne

Pour ceux qui s'intéressent à l'influence des religions étrangères sur la Chine ancienne, il n'y a pas de meilleur endroit pour commencer que Quanzhou, une ville portuaire de la province du Fujian qui fut autrefois le point de départ de la Route de la soie maritime.

Au Moyen Âge, qui a coïncidé avec la dynastie chinoise des Yuan (1271-1368 de notre ère), des commerçants du monde entier ont convergé vers cette ville, apportant avec eux une variété de religions internationales.

Aujourd'hui, le riche patrimoine religieux multiculturel de la ville est encore visible sur les pierres tombales érigées à la mémoire de ses résidents étrangers. Inscriptions sur ces «Pierres de Zayton» attestent de la présence de multiples confessions différentes, dont l'islam, Nestorianisme (une des premières branches du christianisme), l'hindouisme et Manichéisme.

une peinture d'anciens navires naviguant sur la mer avec des mouettes volant au premier plan

Pendant la dynastie Yuan, des commerçants du monde entier se sont rendus en Chine, apportant avec eux leurs religions.

Communautés juives en Chine

La Chine abrite également une petite communauté juive à Kaifeng, dans la province du Henan, depuis Tang (618-907 CE) ou la dynastie des Song du Nord (960-1127 CE).

La plupart des membres de cette ancienne communauté, connue sous le nom de Juifs de Kaifeng, ont été assimilés à la communauté chinoise au sens large au cours des derniers siècles, mais il existe encore aujourd'hui une petite communauté juive distincte à Kaifeng.

La Chine a également accueilli une importante communauté des juifs européens (犹太人 ou Youtàirén) qui arrivé à Shanghai après avoir fui les nazis dans les années 1930 et 40. À son apogée, la communauté juive de Shanghai comptait quelque 20,000 XNUMX personnes, mais elle s'est rapidement dispersée après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

un frottement d'une stèle en pierre à l'extérieur d'une synagogue juive à Kaifeng, Chine

Ce frottage, extrait d'une ancienne stèle d'une synagogue de Kaifeng, témoigne de la longue histoire des communautés juives en Chine.

Les premiers missionnaires chrétiens de Chine

Les missionnaires chrétiens (传教士 ou chuanjiàoshì), dont la majorité venaient de pays européens, ont eu une influence démesurée sur la Chine tout au long de l'histoire la plus récente du pays.

Les premiers missionnaires jésuites, en particulier Matteo ricci, sont remarquables pour les efforts qu'ils ont déployés pour comprendre la culture et la langue chinoises. Pour mieux communiquer avec la population locale, beaucoup ont appris non seulement chinois classique mais aussi obscur dialectes chinois régionaux.

Ils ont travaillé pour trouver des moyens de synthétiser les systèmes de croyance chinois et occidentaux, créant des ponts entre les connaissances académiques et scientifiques des deux cultures.

un croquis de Matteo Ricci et d'un autre missionnaire en Chine

Les premiers missionnaires chrétiens comme Matteo Ricci se sont donné beaucoup de mal pour propager leur foi en Chine.

Malgré des épisodes d'opposition locale, les missionnaires chrétiens européens et américains étaient de plus en plus actifs en Chine après le Première guerre de l'opium (1839-1842 CE). C'était particulièrement le cas dans les ports de traité, où les missionnaires s'occupaient de construire des églises, des écoles et des hôpitaux tout en essayant de convertir la population plus large.

Bien que leurs idées aient été fréquemment rejetées à la fois par les gens ordinaires et les responsables gouvernementaux dans la plupart des régions de la Chine, une version déformée du christianisme a été utilisée comme fondement du système de croyances qui a motivé les instigateurs du sanglant Rébellion Taiping. Hong Xiu Quan, le chef de la rébellion des Taiping, a même prétendu être le frère cadet de Jésus.

De petites communautés chrétiennes existent encore en Chine aujourd'hui. Christianisme (基督教 ou Jīdūjiào) est particulièrement populaire à Hong Kong et, dans une moindre mesure, à Macao.

les ruines de la cathédrale Saint-Paul de Macao

Macao était autrefois une base importante pour les missionnaires catholiques qui prévoyaient de travailler en Chine, au Japon ou en Asie du Sud-Est.

L'Islam en Chine

La Chine et l'Islam ont une longue histoire. En fait, l'Islam (伊斯兰教 ou Yīsīlánjiào) a existé dans le pays depuis avant la mort du prophète Mahomet en 632 CE.

Bien que la date de sa fondation soit contestée, la Mosquée Huaisheng (ou Huáishhengsì) à Guangzhou est traditionnellement dit avoir été construit en 627 CE, seulement 17 ans après que le prophète Muhammed aurait commencé à recevoir des révélations de Dieu.

Dans les premières années qui ont suivi sa fondation, l'islam a été introduit en Chine par des commerçants musulmans arrivant par mer et par terre via la route de la soie. Ces commerçants musulmans étaient particulièrement influents en Chine pendant la dynastie Yuan (1271-1368 CE), quand ils, avec d'autres commerçants étrangers, ont reçu un statut plus élevé que les Chinois Han par les empereurs mongols.

Aujourd'hui, plusieurs groupes ethniques minoritaires de Chine sont affiliés à l'islam sunnite. Parmi eux, les plus connus sont les Les Ouïghours et le Hui. Bien que l'on trouve des musulmans chinois dans toutes les grandes villes de Chine, la plupart d'entre eux vivent au Xinjiang, au Gansu, au Ningxia et au Qinghai.

un musulman chinois dans une casquette traditionnelle debout devant un mur accroché avec divers rouleaux avec des écritures arabes dessus

L'histoire de l'islam en Chine remonte à avant la mort du prophète Mahomet.

Religions des minorités ethniques

Bien que la plupart des membres des groupes ethniques minoritaires chinois soient affiliés à l'une des religions ou des systèmes de croyance les plus courants mentionnés ci-dessus, les membres de certains groupes pratiquent toujours leurs propres formes de religion.

Par exemple, les membres des minorités ethniques Daur, Evenki, Derung, Hezhen et Oroqen pratiquent traditionnellement diverses formes de Chamanisme et Animisme.

Un creuset religieux

Tout au long de sa longue histoire, la Chine a été profondément influencée par une variété de croyances religieuses et philosophiques, certaines locales et d'autres importées.

Comprendre cet éventail kaléidoscopique des anciennes religions chinoises est essentiel pour quiconque souhaite comprendre la culture et la société chinoises modernes.

Développer une compréhension de base de l'ensemble diversifié de croyances qui ont contribué à façonner la culture chinoise est garanti pour vous donner une nouvelle perspective sur tout, de Caractères chinois à Relations familiales chinoises à l'ancienne Proverbes et expressions chinoises.

Envie d'en savoir plus sur la culture chinoise et la langue chinoise ? Venez apprendre le chinois avec CLI, soit en Guilin or en ligne!

Vocabulaire de la religion chinoise ancienne

HànzìPīnyīnDefinition
宗教zōngjiàoreligion
信仰xìnyǎngfaith; belief
哲学zhéxuéphilosophy
儒家思想RújiāsīxiǎngConfucianism
孔子KǒngzǐConfucius
xiàofilial piety
法家FǎjiāLegalism
道教DàojiàoTaoism
老子LǎoziLaozi
佛教FójiàoBuddhism
犹太人YóutàirénJewish people
传教士chuánjiàoshìmissionaries
基督教JīdūjiàoChristianity
伊斯兰教YīsīlánjiàoIslam

Leçon d'essai gratuite de 30 minutes

Leçon d'essai gratuite de 30 minutes

Continuer l'exploration

Laissez un commentaire

Votre adresse email n'apparaitra pas. Les champs obligatoires sont marqués *