Qu'est-ce que le Putonghua ?

Le putonghua, également appelé mandarin standard, est la langue officielle de la Chine continentale. En tant que tel, c'est aussi la version du chinois que la plupart des étudiants internationaux apprennent. Lisez la suite pour en savoir plus sur l'histoire et l'état actuel du Putonghua en Chine.

putonghua écrit en caractères chinois

Qu'est-ce que le Putonghua ?

« Putonghua » vient du mot chinois 普通话 (Pǔtōnghuà en pinyin), qui signifie « langue commune » ou « langue commune ». Le putonghua est la langue nationale de la République populaire de Chine et est utilisé dans les écoles et les lieux de travail de tout le pays. Il est communément appelé mandarin standard.

Bien qu'il existe encore de nombreux variétés de chinois parlé en usage aujourd'hui, Putonghua est le lingua franca que les gens de toute la Chine utilisent pour communiquer entre eux.

carte de la Chine et de ses régions dialectales

Le putonghua, ou mandarin standard, est la langue nationale de la Chine.

L'histoire de Putonghua

Pour comprendre le statut du Putonghua en Chine aujourd'hui, il est utile d'examiner l'histoire de son développement.

dialectes de la cour Ming et Qing

Putonghua a commencé comme un dialecte de cour utilisé par les fonctionnaires impériaux de différentes provinces pour communiquer les uns avec les autres.

Avant de continuer, il est important de préciser d'abord que l'écrit Caractères chinois contiennent des composants phonétiques et ne sont pas complètement pictographiques comme on le croit généralement. Cela dit, le chinois écrit et parlé sont encore assez différents et la prononciation de la plupart des caractères n'est pas du tout évidente en regardant simplement leur forme écrite.

Cette situation est très différente des langues romanes comme le français ou l'italien, dans lesquelles la langue écrite ressemble beaucoup à sa forme parlée.

Pendant des siècles, la langue standard de la Chine n'était pas une langue parlée, mais une langue écrite. À l'époque impériale, les fonctionnaires de diverses provinces chinoises éloignées communiquaient facilement entre eux par écrit. C'est parce qu'ils ont tous appris à lire et à écrire le même ensemble de caractères chinois dans le cadre de l'éducation classique rigoureuse que tous les fonctionnaires ont reçue en vue de passer les examens impériaux.

Cependant, si les fonctionnaires de différentes provinces voulaient communiquer face à face, les choses devenaient beaucoup plus difficiles en raison de l'existence de nombreuses variétés régionales différentes de chinois parlé. Pour résoudre ce problème, un langage commun que les fonctionnaires pourraient utiliser pour communiquer entre eux s'est développé pendant les Ming (1368-1644 CE) et Qing (1644-1912 CE) Dynasties.

Cette langue de cour commune s'appelait 官话 (Guānhuà), qui peut être traduit par « dialecte de cour » ou « discours officiel ». Il était à l'origine basé sur les dialectes chinois de la région dans et autour Nanjing, la capitale de la Chine pendant les Ming.

Pékin est devenue la capitale en 1420, mais il a fallu plusieurs siècles pour que ce changement de situation géographique se reflète dans le dialecte de cour commun. En effet, le dialecte de Pékin (方言 fāngyán) n'est devenu la base des dialectes de la cour qu'au milieu du XIXe siècle, alors qu'il ne restait que quelques décennies de la dynastie Qing.

Les fonctionnaires chinois pendant la dynastie Ming ont développé des dialectes de cour spéciaux qu'ils pouvaient utiliser pour communiquer entre eux.

L'origine du terme « mandarin »

Curieusement, le Les Portugais ont été les premiers d'utiliser le mot « mandarin » pour désigner la langue chinoise.

Pendant la dynastie Ming, les explorateurs portugais ont commencé à coloniser certaines parties de l'Asie, notamment la péninsule malaise, Malacca et Macao. Bientôt, des missionnaires jésuites portugais sont arrivés en Chine, et certains ont même commencé à travailler à la cour chinoise.

Les Portugais ont qualifié les fonctionnaires du tribunal Ming de mandarin, un mot qui vient d'un mot malais pour "ministre" qui était basé sur un mot sanskrit avec le même sens. Finalement, mandarin est devenu le mot anglais « Mandarin'' que nous connaissons aujourd'hui.

Le terme moderne « mandarin » vient d'un mot portugais utilisé pour désigner la langue parlée par les fonctionnaires chinois.

Guoyu et la période républicaine

Avant l'établissement de la République de Chine, les dialectes de cour parlés 官话 (Guānhuà) étaient presque exclusivement des langues d'élite. Les gens ordinaires dans toute la Chine parlaient une grande variété de dialectes chinois différents, et la plupart ne pouvaient ni comprendre ni parler le 官话 (Guānhuà).

Au cours de ses dernières années, la dynastie Qing a fait quelques tentatives pour établir une langue nationale, qu'elle a surnommée Guoyu 国语 (Guóyǔ). Cependant, ce n'est qu'à l'époque républicaine que de telles tentatives ont commencé à porter leurs fruits.

Après la fondation de la République de Chine avec Nanjing comme capitale, les linguistes (语言学家 yǔyán xuéjiā) ont rapidement créé une nouvelle langue standard basée à la fois sur les dialectes du nord et sur les dialectes de Nanjing et de la région environnante. Malheureusement, cette nouvelle langue était si différente de tout ce que les gens parlaient dans la vraie vie qu'elle n'a pas réussi à être largement acceptée.

Les linguistes ont continué à essayer, cependant, et en 1932, un dictionnaire d'une langue commune basé sur les dialectes de prestige du nord de Pékin et des environs a vu le jour. Ce dictionnaire s'appelait Vocabulaire de la prononciation nationale pour un usage quotidien (国音常用字汇 Guóyīn Chángyòng Zìhuì). Finalement, son contenu deviendrait le fondement du Putonghua moderne.

Le dictionnaire qui a aidé à établir la fondation de Putonghua a été publié en 1932.

Putonghua et l'après-guerre civile

Après une guerre civile sanglante, la République populaire de Chine a vu le jour en 1949. Par la suite, la langue nationale commune a continué à être appelée 国语 (Guóyǔ) jusqu'en 1955, date à laquelle son nom a été changé en Putonghua (普通话 Pǔtōnghuà). Immédiatement après, en 1956, le putonghua est officiellement devenu la langue standard de la République populaire.

Au départ, très peu de personnes pouvaient parler ou comprendre la nouvelle langue standard. Cela était particulièrement vrai dans les régions où les gens parlaient des langues minoritaires ou des variétés de chinois très différentes des dialectes du nord parlés à Pékin et dans ses environs.

Après que la Chine continentale a commencé à se référer à sa langue commune comme Putonghua, Taïwan a continué à se référer à sa langue commune comme Guoyu. Bien que Guoyu et Putonghua étaient initialement les mêmes, quelques différences mineures entre les deux sont apparues au fil du temps.

Le putonghua est devenu la langue officielle de la Chine en 1956, moins d'une décennie après la fondation de la RPC.

Putonghua aujourd'hui

Pour une langue qui n'a été reconnue comme norme nationale officielle de la Chine que depuis moins d'un siècle, le putonghua est déjà devenu incroyablement populaire en Chine, ainsi qu'à l'étranger.

En Chine continentale aujourd'hui, le gouvernement s'efforce de promouvoir le putonghua dans les écoles et les lieux de travail, où des panneaux exhortant tout le monde à parler « une langue civilisée » peuvent parfois être vus.

Alors que certaines des langues minoritaires de Chine bénéficient d'une certaine reconnaissance officielle, en particulier au niveau régional, nombre d'entre elles sont progressivement remplacées par le putonghua, qui est souvent considéré comme la clé de la réussite scolaire et économique.

Certains parents n'enseignent pas délibérément à leurs enfants la langue ou le dialecte local afin de s'assurer qu'ils développeront une prononciation standard du mandarin non affectée par un accent local.

Enfants chinois en costume traditionnel

De nombreux parents chinois considèrent la maîtrise du putonghua comme un élément important de l'éducation de leurs enfants.

Combien de personnes parlent réellement le putonghua ?

Malgré l'influence croissante du putonghua en Chine continentale, jusqu'en 2014, seulement environ 70 % de la population chinoise pouvait le parler.dans une certaine mesure”, alors que seulement un dixième de ceux qui pouvaient le parler étaient en fait considérés comme couramment.

Il y a moins d'une génération, il était courant que les enseignants des zones rurales reculées soient en grande partie incapables de parler le putonghua eux-mêmes. Étant donné que la plupart des enfants et des parents de ces régions ne parlaient également que le dialecte local, les enfants de ces écoles avaient souvent du mal à maîtriser le putonghua. Récemment, cependant, le gouvernement chinois a commencé à corriger ce problème en exigeant des enseignants qu'ils prouvent leur maîtrise du mandarin avant de commencer leur carrière d'éducateurs.

Parce qu'il y a encore tant de Chinois qui ne maîtrisent pas complètement le Putonghua, le fonctionnaire Test de compétence Putonghua (普通话水平测试 Pǔtōnghuà Shuǐpíng Cèshì) est devenu de plus en plus populaire ces dernières années.

La réussite de ce test de compétence en chinois est une exigence des locuteurs natifs faite par certains employeurs. Les scores requis varient en fonction du poste, les emplois comme les correspondants de télévision et les diffuseurs ayant besoin des scores les plus élevés.

Malgré les tentatives du gouvernement de promouvoir le putonghua, de nombreuses personnes âgées en Chine ne le parlent toujours pas bien.

Luanping : la ville natale ancestrale de Putonghua ?

Aujourd'hui, on suppose souvent que Pékin est l'endroit où aller si vous voulez entendre des gens parler parfaitement le putonghua standard dans les rues. Si vous êtes déjà allé à Pékin, vous remarquerez que ce n'est pas tout à fait vrai.

En réalité, les habitants de Pékin parlent le dialecte de Pékin, qui utilise fortement le son « r », connu sous le nom de 儿化 (érhuà). Bien que Putonghua comporte l'ajout de certains suffixes « r », leur utilisation est loin d'être aussi étendue que dans le dialecte de Pékin.

Alors, où pouvez-vous aller pour entendre des gens parler une version pure et non altérée du putonghua comme langue maternelle ? Il s'avère que la réponse est Luanping (滦平 Luánpíng), un petit comté de la province du Hebei qui se situe en dehors de la Grande Muraille à environ 100 miles (165 kilomètres) de Pékin.

Luanping a une population de seulement 315,000 XNUMX habitants, ce qui est assez petit par rapport aux normes chinoises. Cependant, les gens là-bas parlent du monde Putonghua le plus parfait.

Lorsque les linguistes travaillaient à la formulation d'une langue nationale standard acceptable dans les années 1950, ils se sont rendus à Luanping, ont pris des notes et ont fait des enregistrements documentant le discours des résidents. Ils ont ensuite utilisé les matériaux qu'ils ont collectés pour aider à normaliser la prononciation du putonghua.

Luanping, situé juste à l'extérieur de la Grande Muraille, est un endroit formidable à visiter si vous voulez entendre le parfait Putonghua.

Une histoire mouvementée

La pureté du chinois parlé des habitants de Luanping remonte à l'histoire mouvementée de la région autour de la Grande Muraille.

Au début de la dynastie Ming, la région en dehors de la Grande Muraille où se trouve Luanping était menacée par les Mongols. L'empereur a ordonné à tous les résidents de quitter la zone, qui a ensuite été laissée vide pendant plus de 200 ans. Bien que divers dialectes locaux existaient autrefois dans et autour de Luanping, ceux-ci ont disparu lorsque les résidents d'origine ont été déplacés.

Finalement, la menace mongole a reculé. Pendant la dynastie Qing, les gens ont été autorisés à revenir à Luanping, et la plupart de ceux qui l'ont fait étaient des fonctionnaires impériaux, leurs familles et leurs serviteurs. Venue de Pékin, cette population parlait une forme très courante du dialecte de cour qui était alors utilisé à Pékin.

Même lorsqu'elle ne sert pas de capitale de la Chine, Pékin a longtemps été un important centre politique, économique et culturel qui attire des migrants de toute la Chine. Au fil des ans, le dialecte du mandarin parlé à Pékin a commencé à changer en absorbant diverses caractéristiques linguistiques différentes des dialectes apportés par les migrants.

Luanping, en revanche, était un petit comté oublié et quelque peu isolé. En tant que tel, contrairement à Pékin, il a pu préserver une forme pure de dialecte de cour basé à Pékin qui y a été introduit à l'origine par les responsables de la dynastie Qing.

C'est cette forme pure du dialecte de cour Luanping que les linguistes de la République populaire ont découvert et ont décidé d'utiliser comme base pour le putonghua que les étudiants en Chine et dans le monde entier apprennent aujourd'hui.

Luanping abritait autrefois de nombreux fonctionnaires de la dynastie Qing et leurs familles.

Votre porte d'entrée vers la Chine moderne

Inutile de dire que si vous êtes un étudiant international qui envisage de étudier à l'étranger en Chine ou un professionnel souhaitant travailler dans le pays à long terme, apprendre à parler le putonghua est un must.

Être capable de comprendre Putonghua est également nécessaire si vous prévoyez d'obtenir un score élevé sur le Test de compétence en chinois HSK (汉语水平考试 Hànyǔ Shuǐpíng Kǎoshì). Bien que le test ne contienne pas de section orale, la maîtrise de la section auditive nécessite une compréhension du putonghua. Les étudiants intéressés à obtenir une preuve de leur maîtrise du putonghua parlé peuvent également envisager de passer le HSKK (汉语水平口语考试 Hànyǔ Shuǐpíng Kǒuyǔ Kǎoshì).

La meilleure façon d'apprendre une langue parlée comme le putonghua est l'immersion linguistique complète, soit en Chine or en ligne. Plus vous apprendrez le putonghua, mieux vous comprendrez l'histoire, la culture et le peuple de la Chine.

Apprendre le chinois en Chine est le meilleur moyen de maîtriser le putonghua.

Vocabulaire lié au putonghua

HànzìPīnyīnDefinition
普通话PǔtōnghuàStandard Chinese (pronunciation); literally "common speech"
方言fāngyándialect
口语kǒuyǔspoken language
官话guānhuàofficial language; court dialect
语言学家yǔyán xuéjiālinguist
国语GuóyǔGuoyu; literally "national language; name for the equivalent of Putonghua in Taiwan
国音常用字汇Guóyīn Chángyòng ZìhuìVocabulary of National Pronunciation for Everyday Use; early Putonghua dictionary
儿化érhuàaddition of an "r" suffix to the ends of words common in certain varieties of northern Chinese
普通话水平测试Pǔtōnghuà Shuǐpíng CèshìPutonghua proficiency test for native Chinese speakers
汉语水平考试Hànyǔ Shuǐpíng Kǎoshìthe HSK; Chinese proficiency test for non-native students that measures listening, reading and writing
汉语水平口语考试Hànyǔ Shuǐpíng Kǒuyǔ Kǎoshìthe HSKK; Chinese proficiency test for non-native studens that measures speaking

Leçon d'essai gratuite de 30 minutes

Leçon d'essai gratuite de 30 minutes

Continuer l'exploration